Azimuth : une perspective historique (quatrième partie) Azimuth : une perspective historique (quatrième partie)
Post Views: 262 Un regard porté sur la rivalité entre Aegis et Rédemption dans le cadre de l’intensification du conflit avec les Thargoids. La... Azimuth : une perspective historique (quatrième partie)

Un regard porté sur la rivalité entre Aegis et Rédemption dans le cadre de l’intensification du conflit avec les Thargoids.

La capacité de Rédemption à purger la présence thargoid du système Cornsar a eu de nombreuses répercussions, notamment du côté des xénomorphes eux-mêmes. En effet, plusieurs nébuleuses colonisées ont soudain été envahies par des vaisseaux thargoids, ce qui en a mené certains à penser que l’ennemi réagissait de manière agressive à la présence de la super arme anti-xénomorphe inspirée de la technologie des Guardians.

Bien qu’Aegis ne puisse intervenir du fait de l’enquête publique en cours, l’amiral Aden Tanner, responsable des relations militaires de l’organisation, s’est alors dit convaincu que la super-arme était conçue aussi bien pour attirer les Thargoids que pour les repousser. Prétextant qu’il était possible d’en trouver la preuve à Hind Mine dans le système T Tauri, il a ordonné au méga-vaisseau Musashi de lancer un assaut.

La bataille qui s’en est suivie a toutefois été remportée par Taurus Mining Ventures avec le soutien de nombreux pilotes indépendants, démontrant à quel point Rédemption inspirait désormais confiance. Tanner a alors été traduit en cour martiale et le Musashi ainsi capturé est devenu le vaisseau amiral de la flotte grandissante de Rédemption. C’est le commandeur Morag Halloran, ancien officier supérieur de la Force de défense de l’Alliance, qui en a alors pris le commandement et est devenue sa coordinatrice militaire.

En décembre 3307, l’Alliance, l’Empire et la Fédération ont officiellement reconnu que Rédemption disposait de la technologie nécessaire pour vaincre les Thargoids. Cette hypothèse a rapidement été mise à l’épreuve lorsque les systèmes Delphi, Maia et Merope ont subi des invasions simultanées de grande envergure.

Une fois de plus, les Thargoids ont été mis en déroute suite à la mise à feu de trois nouvelles super-armes, Rédemption réitérant ainsi son exploit de Cornsar. Ses proclamations triomphantes ont alors pris une dimension messianique : « J’invite tous les citoyens de la galaxie à s’unir sous la bannière de ma croisade. Aegis est hors jeu. Je suis le dernier rempart de l’humanité. Je suis sa rédemption. »

À ce stade, l’opinion publique à l’égard de Rédemption était globalement favorable. Les volontaires ont afflué vers Taurus Mining Ventures pour offrir leur soutien à l’organisation, et des équipages entiers ont déserté les flottes des superpuissances pour prendre part à la lutte contre les Thargoids. Le détachement dans les rangs de Rédemption a rapidement été autorisé officiellement, montrant une adhésion croissante aux méthodes et aux conclusions du scientifique anonyme.

Le mois de janvier 3308 a vu un certain nombre de rebondissements. Le procès en cour martiale de l’amiral Tanner a été interrompu par une déclaration du célèbre scientifique Ram Tah, confirmant les origines non humaines de la super-arme de Rédemption. Ram Tah a émis l’hypothèse qu’elle était basée sur un appareil des Guardians découvert par les chercheurs d’Azimuth Biochemicals sur le site du Proteus, qui était capable de générer une impulsion électromagnétique perturbant les vaisseaux biomécaniques thargoids.

Toutefois, cette explication qui tentait de justifier les inquiétudes de Tanner n’a pas suffi à empêcher la chute d’Aegis. Les conclusions du rapport Baumann ont livré un verdict accablant quant aux opérations de l’organisation, appelant à sa fermeture définitive. Les trois superpuissances se sont alors tournées vers leurs propres armées pour remplacer Aegis par des forces opérationnelles anti-xénomorphes distinctes.

Au cours du même mois a été faite une découverte des plus surprenantes : des débris de l’Alexandria, le méga-vaisseau disparu, éparpillés dans les anneaux planétaires de Wregoe TC-X b29-0 AB 2 A. Le rapport du capitaine Morales a révélé que suite à un sabotage, le vaisseau avait quitté l’hyperespace en déviant de sa trajectoire, avant d’être attaqué par un commando qui s’est approprié sa cargaison d’artefacts des Guardians. Les membres d’équipage survivants avaient ensuite tenté de redémarrer l’hyper-réacteur endommagé, ce qui avait entraîné la destruction de l’Alexandria.

Morales a également indiqué que les pillards obéissaient aux ordres d’une mystérieuse « Sorcière ». S’appuyant sur ces révélations, les dirigeants restants d’Aegis ont alors découvert un lien avec des centres de recherche abandonnés, identifiés en août 3307 dans les systèmes HIP 22460 et HIP 26176. Ces sites avaient hébergé le mystérieux projet Séraphin, qui visait à installer des pilotes humains dans un vaisseau thargoid capturé. La Sorcière et Azimut étaient tous deux mentionnés dans différents journaux du projet.

La mise en garde d’Aegis était claire : Azimuth Biochemicals, prétendument liquidée il y a deux siècles, avait survécu dans l’ombre.