Un conflit émerge dans le système Reorte Un conflit émerge dans le système Reorte
Post Views: 421 *Alerte du Cercle des pilotes* La Reorte Mining Coalition a déclaré son intention de faire partir Sirius Corporation de son système... Un conflit émerge dans le système Reorte

*Alerte du Cercle des pilotes*

La Reorte Mining Coalition a déclaré son intention de faire partir Sirius Corporation de son système d’origine.

Le méga-vaisseau Chariot of Rhea est arrivé dans le système Reorte dans le cadre du nouveau rôle de Sirius Corporation en tant que partenaire stratégique de défense de l’Alliance. Mais la faction dirigeante du système leur a ordonné de se retirer. Le refus de coopérer du méga-vaisseau à entraîné des escarmouches ciblant les forces de Sirius.

Fergus Cassidy, PDG de Reorte Mining Coalition, a annoncé :

« Nous soutenons entièrement la position de la conseillère Kaine affirmant que Sirius Corporation opère illégalement selon les lois de l’Alliance. De ce fait, nous défendrons notre territoire de cette entité étrangère agressive. »

Une réponse a été diffusée par la capitaine Delfina Dominguez de la flotte de Sirius, qui commande le Chariot of Rhea :

« Notre présence est autorisée par contrat militaire entre Sirius Corporation et la Force de défense de l’Alliance. Si les forces locales continuent d’attaquer, nous n’aurons d’autre option que de défendre nos ressources. »

La bataille ne semble pas avoir atteint la surface et devrait rester un conflit entre vaisseaux.

Pour rassembler le soutien des pilotes indépendants, les deux factions offrent l’accès à des systèmes soumis à autorisation. La Reorte Mining Coalition commanditera la distribution d’une autorisation pour le système Alioth, tandis que Sirius Corporation accordera des autorisations pour le système Sirius.

Le Premier ministre Edmund Mahon a ordonné à la Reorte Mining Coalition de cesser immédiatement les hostilités. Cependant, le conseiller Ainsley Niven, qui représente Reorte à l’Assemblée et est un défenseur politique de Nakato Kaine, affirme que la faction a le droit de protéger son territoire, puisqu’elle n’était pas invitée à ratifier le pacte de défense.