Hadrian Duval étrille le « manque de fermeté » de l’empereur Hadrian Duval étrille le « manque de fermeté » de l’empereur
Post Views: 1 398 Vif émoi au sein de la société impériale après l’interview critique à l’égard de l’empereur Arissa Lavigny-Duval accordée par Hadrian Augustus... Hadrian Duval étrille le « manque de fermeté » de l’empereur

Vif émoi au sein de la société impériale après l’interview critique à l’égard de l’empereur Arissa Lavigny-Duval accordée par Hadrian Augustus Duval.

Interrogé par le Paresa News Network, l’ancien chef de Nova Imperium s’est exprimé sur l’engagement de l’Empire aux côtés d’Aegis :

« À mes yeux, l’Empire n’est jamais aussi fort que lorsqu’il agit seul, en particulier en ce qui concerne la protection de nos sujets face aux hordes thargoids. Je pensais que l’empereur Arissa partageait ce point de vue, jusqu’à ce qu’une visite de la princesse Aisling la fasse changer d’avis. Notre souveraine a soudainement renoncé à ses grands principes pour engager nos précieuses ressources dans de nouveaux projets militaires étrangers.

On est en droit de se demander quand l’empereur est devenu si facile à convaincre. Est-ce une conséquence de son année de captivité ? Tout ce temps passé en biostase aurait-il sapé sa détermination ? Nous ne pouvons nous permettre de laisser l’Empire être gouverné par quelqu’un manquant à ce point de fermeté. Nos citoyens méritent un chef fort et résolu. »

Gudrun Vestergaard, correspondante royale pour l’Imperial Herald, a commenté cette déclaration :

« Les tensions attendues entre les cousins Duval ont fini par se concrétiser. Hadrian est manifestement offusqué par la rapidité avec laquelle Aisling a ouvert une brèche dans la politique isolationniste de l’Empire. Mais critiquer ouvertement Sa Majesté est un jeu dangereux, en particulier pour un jeune révolutionnaire ayant tenté d’usurper son trône.

La princesse Aisling s’est quant à elle lancée dans la supervision des contributions impériales à Aegis. Selon des sources proches de la cour, elle consacrerait l’essentiel de son temps à consulter des experts militaires pour se renseigner sur le conflit avec les Thargoids. Ses journées sont désormais rythmées par des contacts réguliers avec ses homologues de l’Alliance et de la Fédération. Si certains y voient une opération de relation publique très médiatisée, d’autres se demandent si Aisling ne pourrait pas devenir le chef de guerre dont l’Empire a besoin. En tout état de cause, les sceptiques persuadés qu’il lui manque les qualités stratégiques pour parvenir à ses fins pourraient bien être surpris par l’enthousiasme qu’elle manifeste pour les efforts d’Aegis. »